Une histoire de famille

depuis 1912

Bons Mayennais, une aventure humaine faite de rencontres et de valeurs communes.

Le coup

de la panne

En 1912, à la veille de la première Guerre mondiale, Albert Le Masne de Brons, fromager nantais, tombe en panne près du château du Bois Belleray. Chance inespérée, le château est à vendre et bénéficie d’une situation géographique idéale. Homme d’affaires expérimenté, Le Masne de Brons flaire instantanément le potentiel de l’endroit et décide d’acheter le château pour le transformer en laiterie.

création de la fromagerie Vaubernier - Bons Mayennais

Une fromagerie

dans un château 

Dans les années 30, la famille de Vaubernier prend les rênes de l’entreprise et lui donne son nom définitif. Avec l’aide d’Alphonse Drezen, maître fromager originaire du Finistère et fin connaisseur de la fabrication artisanale du camembert, ils développent la petite fromagerie mayennaise. Léontine, l’épouse d’Alphonse, l’accompagne dans cette aventure.

 

A cette époque, la production du fromage se fait au rez-de-chaussé du château et l’affinage dans les caves. L’étage est réservé au logement des salariés. Jean Drezen accompagne très tôt ses parents Alphonse et Léontine dans la gestion de la fromagerie. Il en prendra la direction en 1983 avec son épouse Claire.

fromagerie dans les années 50 - Bons Mayennais

La fromagerie évolue,

les valeurs restent les mêmes

La fromagerie connaît un succès important dans la région et le camembert Bons Mayennais devient un produit incontournable en Mayenne et dans les départements limitrophes d’Ille et Vilaine, de Sarthe et de l’Orne.

 

Afin de soutenir la croissance de l’activité, le nombre d’employés augmente. Beaucoup d’entre eux viennent de Martigné-sur-Mayenne, le village voisin. Il n’est pas rare de voir se succéder plusieurs générations aux différents postes. A tous les niveaux de la fromagerie, le savoir-faire est une histoire de transmission.

Dans les années 80, pour répondre à la demande qui ne cesse d’augmenter, Jean Drezen entreprend des travaux d’agrandissement et de mécanisation des différents ateliers de la fromagerie.

agrandissement de la fromagerie Vaubernier de Bons Mayennais

Dans les années 2000, Jean Drezen transmet progressivement la direction de l’entreprise à sa fille Catherine, qui représente la 3ème génération de la famille à la tête de la fromagerie. Avec sa sœur Marie-Françoise, elles sont garantes des valeurs portées par Bons Mayennais : une entreprise humaine et responsable, attachée à son terroir et à la qualité de ses produits.

une fromagerie au coeur de l'histoire

Conclusion

Bons Mayennais est avant tout une histoire de rencontres, de transmission de savoir-faire, de passion partagée et d’amour pour les bonnes choses.